Commios l’Atrebate


Artois, césar, Commios / mercredi, mars 14th, 2018

Pour cette première balade, faisons un bond de plus de 2000 ans en arrière, à l’origine de notre Artois et partir à la rencontre de nos glorieux aïeux, les Atrébates…

Nous nous retrouvons donc entre le IV et IIe siècle avant JC. Des peuples belges originaires de Germanie migrent en majorité dans l’île de Bretagne (la Grande-Bretagne aujourd’hui) Mais une partie de ce groupe s’installe dans le nord de la Gaulle. Ils y trouvent ses collines, des rivières et des plaines à perte de vue. C’est une terre fertile et c’est sans surprise qu’ils décident de s’y installer afin de vivre essentiellement de l’agriculture et de l’élevage. On recense un site gaulois tous les 500 mètres, les fermes ne manquent donc pas. Cet endroit devient Nemetocenna (du Celte Nemeton qui signifie “ Sanctuaire druidique ” )et devient alors, capitale de cité, actuellement ARRAS.

Nos chers Gaulois explorent ce vaste territoire. Ils établissent leur frontière aux environs de Douai jusqu’aux portes de Valenciennes et de Bapaume à Saint Omer. Nemetocenna s’agrandit au cœur de ce que l’on nommera : l’Atrebatie (Certainement du celtique Ad-treba-ti peut-être « ceux qui habitent » ou « ceux qui possèdent des villages » (cf. vieil irlandais ad-treba « il habite, il cultive », breton tre- « village »), latinisé en Atrebates). Seulement, entre -57 et 56, Jules César vient troubler la tranquillité de la cité pour soumettre Les Atrebates et continuer à conquérir la Gaule.

César chez les Atrebates

Jules César parle pour la première fois des Atrebates dans son recueil,  la Guerre des Gaules :

“ Les Atrebates amèneraient quinze mille hommes… ”

Extrait de : Jules César : la Guerre des Gaules. Livre 2. 4 :

Lors de la bataille de la Sambre entre -57 et -56, les Atrebates aidés par les Nerviens et Viromanduens affrontent les IXe et Xe légions. Tout ne se passe pas comme prévu et la hargne des Gaulois ne suffit pas. Des milliers d’hommes sont tués. Un Atrebate se distingue par son courage et son intelligence : Commios. Pour faciliter leur reddition, César fait de Commios un agent fidèle et le nomme Roi des Atrebates en – 55.

Gaulois contre Romains (museoparcalesia)

Commios règne donc sur l’Atrébatie et devient un allié précieux de César qui à des vues sur la Bretagne (l’actuelle Angleterre). Il envoie Commios en mission chez les Bretons pour tenter de persuader les chefs Gaulois de ne pas s’opposer aux légions romaines et de se soumettre à César. Dure mission pour celui qui est considéré comme un traître. Ni une, ni deux, Commios est fait prisonnier dès son arrivée sur l’île. Les troupes césariennes finissent quand même par débarquer. Les Bretons combattent les Romains, mais après la bataille et face aux légions romaines, ils renvoyèrent Commios à Jules César en guise de bonne foi.

« Ils s’étaient emparé de lui et l’avaient chargé de chaînes ; après le combat, ils renvoyèrent Commios l’Atrebate (…) en le priant de pardonner une faute due à l’ignorance. »

Extrait de : Jules César. « La Guerre des Gaules. Livre 7. 27

En -54, pendant la seconde expédition romaine en Bretagne, Commios fournit à Jules César un petit contingent de cavalerie Atrebate pour négocier la reddition du chef breton Cassivellaunos. Résultat : affaire conclue et Commios est le seul chef Gaulois représentant direct de Rome en Bretagne. Il restera fidèle et loyal à Rome pendant les révoltes de -54 et -53 et une fois l’ordre rétabli, César permit aux Atrebates de maintenir leur indépendance et les affranchit de toutes taxes.

La Gaule, réunie en une seule armée

Reconstitution du siège d’Alesia (museoparcalesia)

Malgré tout ses avantages et son statut, Commios fini par trahir César et Rome. Pourquoi ? César ne le dit pas dans livre. Peut-être que le Général Romain était le premier à trahir son allié gaulois en renonçant aux promesses faites à Commios ? Peut-être que Commios, pris de remords en étant si proche de César, souhaitait se racheter auprès des autres chefs gaulois ? Ce qui est certain, c’est que malgré la discorde générale, c’est la Gaule toute entière qui souhaite reconquérir son indépendance. De ce fait, 8 000 cavaliers et 240 000 Fantassins sont réunis en -52.

« Le commandement supérieur est confié à Commios l’Atrebate et 4 autres chefs gaulois dont l’Arverne Vercassivellaunos, cousin de Vercingétorix. »

Extrait de : Jules César. « La guerre des Gaules. » Livre VII. 76

Commios prend en partie le commandement de l’armée de secours et prirent la direction d’Alésia pour soutenir Vercingétorix. On connaît l’issue de ce siège qui durera plusieurs mois. Malgré leur supériorité, les Gaulois seront battus – dû entre autres, aux trahisons de Gaulois à l’intérieur de son propre camp – Vercingétorix décide de se rendre à Jules César et est emprisonné dans la prison mamertine. Il sera exécuté 6 ans plus tard.

L’homme à abattre

Commios sera l’un des derniers à se battre à Alésia, mais le temps était venu de fuir avec sa troupe. Il remonte vers Beauvais et infeste les routes en interceptant plusieurs convois destinés aux Romains et entraîne dans son sillage, un sentiment de révolte.

« Commios intriguait auprès des cités et formait une coalition contre César »

Extrait de : Jules César. « La guerre des Gaules. » Livre VIII. 23

César rejoignit ses légions dans la Belgique et passa l’hiver à Nemetocenna. César estime qu’en éliminant l’homme, il éliminera la révolte par la même occasion. Un homme a pour mission de le faire disparaître : Caïus Volusénus Quadratus. Plusieurs centurions l’accompagnent et lui tendent un piège. Le prétexte ? Une entrevue en vue de négocier une paix. Commios – assez naïvement à mon goût – s’y rendit . Les deux hommes se serrent la main et c’était le signal : Commios reçoit un coup d’épée à la tête et est gravement blessé. Le Gaulois réussi tout de même à s’échapper et promettait alors de ne plus jamais se trouver devant un Romain.

Rare illustration datant de la réédition des commentaires de César datant de 1508. 
Au premier plan est représenté l’hivernage de César au pied de la ville de Nemetocenna, qui s’étend derrière les tentes de l’armée. Derrière la représentation d’Arras est évoquée la poursuite de Commios par le préfet de cavalerie Volusenus, identifié lui aussi par un phylactère.

Mais le Gaulois à soif de vengeance, et continue à se livrer à des actes de brigandage. Au cours d’une embuscade, le Romain réussit à pourchasser notre Atrebate. Après une longue chevauchée, Commios demanda à ses compagnons de le venger de ses blessures et de faire face aux Romains. Les Gaulois font demi-tour et Commios fonce tout droit sur Quadratus et réussit à lui transpercer la cuisse avec sa lance. Les Romains repoussent malgré tout les gaulois. Plusieurs sont fait prisonniers et Commios, réussit une fois de plus à échapper aux Romains grâce à la rapidité de sa monture.

Nouveau Volte-face

Notre Gaulois est imprévisible et il fait savoir à Marc-Antoine qu’il est prêt à se retirer et ne voulait plus avoir à faire aux Romains. Pourquoi ? Deux options possibles : il s’était vengé de sa blessure, et c’est tout ce qui comptait pour lui. Ou alors, comme beaucoup de ses hommes furent capturés, il se trouvait esseulé et ne voyait aucune issue positive. Toujours est-il que Marc-Antoine, estimant que sa demande fut juste, accepte et consent même à lui trouver un endroit ou se réfugier. Ca sera le sud de la Bretagne.

Vers -50, il retraverse la Manche et fonde un royaume atrebate dans le sud. Il devient le roi des Atrebates de Bretagne. Il aura 3 fils qui feront partie d’une dynastie qui durera jusqu’en 43 après J.-C. 

Pièces de monnaies au nom de Commios.

Et voici donc le premier personnage célèbre de notre Artois. Une vie riche en rebondissements pour une personnalité aussi complexe qu’intrigante. Commios ne reviendra sans doute jamais à Nemetocenna et nous n’en sauront pas plus sur sa mort.


Voici l’une de mes principales sources. La Guerre des Gaules traduites.
Une véritable mine d’or d’information (archive.org).


J’espère que ce premier article vous a plu. Si c’est le cas, n’hésitez surtout pas à le partager… Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *