Acq et sa légende des pierres du diable


Artois, brèves artésienne, Gaule, legende, menhirs / samedi, avril 11th, 2020

Acq est un village de 736 habitants situé à quelques kilomètres d‘Arras, à proximité de la chaussée Brunehaut et à la limite du mont Saint-Eloi. Au bord d’une petite route qui rejoint Ecoivres, se dressent deux énormes menhirs qui mesurent 3m pour le plus petit et 3,30m pour le plus haut pour un poids total d’environ 8 tonnes. Classés aux monuments historiques depuis 1887, la présence de ces deux menhirs au fil des siècles a donné naissance à de nombreuses histoires et de légendes.

En 1820, le comte Jean de Brandt de Galametz, membre des états d’Artois fait fouiller ce qui était alors sa propriété. Entre les deux pierres se trouvent deux tombes gauloises, probablement deux chefs gaulois morts lors d’un duel. En 1850, Auguste Terninck, archéologue amateur de l’Artois date les les tombes comme mérovingiennes.

Au 17e siècle, l’abbé André 1er le Vaillant mais aussi historien du Mont-Saint-Eloi déclarait que Baudouin Bras-de-fer qui érigea ces deux pierres en souvenir de deux batailles remportées face au Roi de France, Charles-le-Chauve à Acq et Bertonval.

Cependant, si on les nomme si joliment les Demoiselles d’Acq, ce n’est pas pour rien. En effet, la légende raconte qu’un soir, de jeunes filles du village reviennent tard d’un bal à Villers-au-bois. Pour les punir et donner l’exemple, elles sont transformées en statues de pierre sur le chemin du retour.

La reine Brunehaut

Une autre légende nous dit que Sa Majesté la reine Brunehaut souhaitait faire construire une route jusqu’au pays de Morins – notre fameuse chaussée Brunehaut que nous connaissons tous. Pour aller vite, elle signe un pacte avec le diable : la route sera construite en une nuit et sera terminée avant le premier chant du coq faute de quoi, l’âme de la reine lui appartiendra pour l’éternité. Mais la reine était plutôt maline et elle court avant le lever du jour réveiller son coq. Seulement, le diable n’avait pas terminé et fou de rage, catapulte dans un champ les deux grosses pierres qu’il tenait. 

Plusieurs versions existent sur l’histoire de ces pierres du diable, mais une chose est certaine, les archéologues d’aujourd’hui les datent du 4ème ou 3ème siècles av. JC. 

Il existe encore 10 sites mégalithiques dans le pas-de-calais. Tous ne sont pas inscrits aux monuments historiques mais comptez sur moi pour vous raconter leur histoires sur Artoisbalade.fr. 😉

 

Localisation

  • Localisation : Des vestiges de l’abbaye du Mont-Saint-Eloi, prenez la rue du Général Barbot. Traversez la chaussée Brunehaut et allez tout droit. Suivre l’intersection sur la droite (rue de Douai) et prendre la première petite route sur la droite. Les deux pierres se situent à environ 300m sur la gauche.
  • Pour faire plus simple : entrez ces coordonnées dans votre GPS : 50°20’50.6″N 2°40’42.2″E


Vous avez aimé cette brève ?
N'hésitez pas à partager et commenter ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *